2019-05 Qui sont les « philentrepreneurs », ces nouveaux philanthropes qui ont le cœur sur la main et le nez dans leurs comptes ?

Thèmatique : Economie, ESS
Description courte : Article du Monde du 10/05/2019 dans la rubrique "argent et placements"

Les nouveaux philanthropes ont réussi, souvent dans la finance ou les technologies, et veulent donner un sens à cette réussite. Les « philentrepreneurs » pilotent leur générosité (presque) comme on dirige une entreprise.

Le champ d’action des « philentrepreneurs »
Il va sans dire que le web et les nouvelles technologies restent le champ d’action de prédilection de ces philanthropes 2.0. Ainsi, les startups et les entreprises spécialisées dans le digital sont beaucoup plus accompagnées. C’est le cas par exemple d’une entreprise française qui à développer un logiciel de prospection commerciale. Cette application innovatrice faisant partie des meilleurs logiciels de prospection commerciale sur le marché, ce système permet une gestion facile du plan de prospection, de la prospection b2b, la prospection email, la prospection digitale. Il constitue donc une belle innovation pour les entreprises.
quisontlesphilentrepreneurscesnouveau_c7a9642_9t0gdgd35fecpk_id1qq7wte.jpg
Texte : Un cri du cœur : « Comme tout dirigeant, je vise l’efficacité. » Ce n’est pas de son entreprise, Cap Vert Energie, que parle Christophe Caille, 49 ans, mais bien de sa philanthropie. Plus précisément du fonds de dotation Ody’C qu’il a créé en 2018 pour protéger la Méditerranée.

Entrepreneur dans l’âme, ce père de trois enfants codirigeait depuis dix ans une société marseillaise consacrée aux énergies renouvelables, quand l’envie de « donner du sens à ce qu’[il] faisai[t], d’être un acteur sociétal, dans une démarche non enrichissante » s’est imposée.

Et comme tout bon dirigeant, il a doté sa structure philanthropique d’« une organisation de type entreprise, centrée sur l’efficacité et le résultat, avec des reportings, etc. ». Christophe Caille est un « philentrepreneur »....